Sursis accordé !

Manif devant la Cour fédérale, le 4 février 2014

Manif devant la Cour fédérale, le 4 février 2014

MISE À JOUR (4 février 11h30) Aujourd’hui à la Cour Fédérale de Montréal, le juge Harrington a accordé un sursis de déportation temporaire à Ivonne Hernandez. Concrètement, cela signifie qu’Ivonne ne sera pas renvoyée du Canada et séparée de sa communauté de manière imminente. Le juge a évoqué le « tort irréparable » qui serait causé si Ivonne était déportée immédiatement et séparée pour toujours de son fils de 13 mois. Toutefois, la lutte n’est pas terminée. Ivonne pourrait faire face à une autre date de déportation dans le futur (après que les démarches à la Cour Fédérale soient terminées). De plus, Ivonne doit continuer sa bataille à la Cour Supérieure du Québec pour récupérer la garde de son enfant. La Cour Supérieure doit comprendre que le statut d’immigration d’un parent aimant et attentionné ne peut être utilisé contre lui en matière de garde des enfants.

Les Ami.e.s d’Ivonne – un groupe d’ami.e.s, d’allié.e.s et de supporters travaillant directement avec Ivonne Hernandez – vont continuer d’envoyer des mises-à-jour et des informations à toutes les personnes qui nous ont contactées et qui se sont préoccupées de la situation. Pour le moment, nous encourageons toujours l’envoi de lettres au Ministre de l’Immigration pour demander que le statut d’Ivonne soit régularisé immédiatement; nous encourageons également les organisations à rédiger des lettres d’appui pour Ivonne (visitez cette page pour la liste des près de 50 lettres reçues à ce jour); et nous encourageons les dons au fond de support pour Ivonne, afin d’aider à défrayer les coûts légaux engendrés par les démarches en cour pour l’immigration et le droit familial. Plus d’informations sur comment vous pouvez aider ci-dessous.

Solidarité avec Ivonne! Un statut pour tou.te.s !